CANIS LUPUS CHANCO (loup de Mongolie ou loup de Chine, tibétain)

10 Août

CHANCO

Le loup de Mongolie a été identifié comme une sous-espèce du loup gris en 1863 par le zoologiste britannique John Edward Gray. On le connaît aussi comme  le loup tibétain, le loup mongol et le loup chinois.  Cependant, des études génétiques récentes suggèrent que le  loup Himalayen serait une espèce distincte, le Canis lupus himalayensis.

Ce canidé est considéré comme étant un chasseur qualifié et ingénieux. C’est  un animal à la fois respecté et détesté par les mongols. Dans l’épopée mongole « L’histoire secrète des Mongols », le loup de Mongolie est décrit avec respect pour son pouvoir, sa furtivité et sa ténacité dans sa vie de chasseur.

DESCRIPTION

Le loup de Mongolie mesure environ 70 cm au garrot à l’âge adulte pour un poids allant de 48 à 55 kg. Ce canidé n’est pas blanc comme le sont la plupart des loups de Sibérie. La plupart des loups mongols sont de couleur fauve, ce qui leur offrent un bon camouflage dans les zones désertiques où il habitent. On en trouve également portant un pelage noir.

Le loup le plus gros trouvé à ce jour en Mongolie mesurait pas moins de 2 m de long de la pointe du museau à l’extrémité de la queue et pesait environ 100 kg.

HABITAT

Le loup de Mongolie réside principalement dans les steppes sans arbres, au climat sec et à la végétation pauvre et herbeuse. On le retrouve également dans les forêts boréales au nord du pays, dans les montagnes de l’Altaï ainsi que dans les zones semi-désertiques du désert de Gobi.

ALIMENTATION

Le loup de Mongolie est strictement carnivore. Il mange presque tous les animaux qu’il peut attraper. Les ongulés composent principalement le régime alimentaire de ce canidé mais il sait aussi se contenter de proies plus petites. Pour chasser les grandes proies tels que l’orignal, le chevreuil, le cheval et le taureau, il chasse en meute.

Contrairement aux idées reçues, les loups ne tuent pas pour le plaisir mais pour leur survie dans le climat rude de la Mongolie. Ils s’attaquent principalement aux animaux malades, faibles ou vieux. En prélevant les individus malades, les loups aident à renforcer les troupeaux et ainsi préserver la santé de leurs proies potentielles.

Les prédations sur les animaux domestiques sont malheureusement aussi connues. C’est par ailleurs l’une des raisons invoqués par les autochtones pour chasser ces canidés devenus nuisibles pour eux et leur bétail. Aucunes mesures de dédommagement n’est proposé aux éleveurs par le gouvernement de Mongolie pour éviter le massacre.

COMPORTEMENT

La meute défend et protège son territoire face aux intrus. La taille de leur territoire dépend de la disponibilité des proies. Si elles sont rares, la surface du territoire peut couvrir jusqu’à 2 100 km². Après une chasse fructueuse la meute toute entière se gave jusqu’à plus faim. Les loups peuvent manger près de 9 kg de viande en un seul repas. Ensuite ils peuvent se passer de nourriture pendant plusieurs semaines.

La vie en meute se passe comme pour toutes les espèces de loups. Il y a le couple dominant et chaque membre de la meute à son propre rang qu’il se doit de respecter.

Les louveteaux vivent de lait maternelle pendant les trois premières semaines de leur vie, ensuite ils commencent à manger de la viande que les adultes régurgitent. Plus tard, ils suivront la meute pour chasser avec eux et apprendre la dure vie dans les steppes de Mongolie.

SITUATION DES POPULATIONS

La Mongolie compte 2 millions d’habitants et 30 millions de têtes de bétail. Le style de vie du peuple Mongol est, depuis toujours,basé sur le nomadisme. Malgré la présence d’ongulés sauvages tels que le cerf, la gazelle et le bouquetin, le cheptel domestique est une source importante de nourriture pour un prédateur tel que le loup de Mongolie.

La population de loup de Mongolie a été stable pendant des années et dans certaines régions a même augmenté, provoquant des dégâts sur les populations de gibier et sur le bétail. Le gouvernement mongol ne paye pas de compensations aux éleveurs pour les déprédations du loup. En février et en mai de chaque année de grandes chasses sont organisés pour éradiquer les populations de ce canidé. Une prime est même offerte pour chaque loup abattu.

Malheureusement pour ce prédateur, il n’existe aucune loi le protégeant dans ce pays. Si aujourd’hui les populations de loups en Mongolie sont d’un nombre acceptable qu’en sera-t-il dans l’avenir si le massacre continu ?

Depuis très longtemps, les mongols considèrent le loup comme un animal majestueux, qui ensorcèle l’esprit des hommes mais aussi comme un ennemi pour leur bétail. C’est pour cela que beaucoup de mongols ont les techniques nécessaires pour chasser ce canidé. Malheureusement ils ne sont pas tous compétents dans ces techniques et beaucoup ont un manque d’expérience dans l’abattage et le dépeçage.

« Wolf Management », un projet du Japanese International Corporation Agency (JICA) et du ministère de l’environnement mongol est en cours d’exécution afin d’effectuer des recherches sur le loup gris en Mongolie, et pour formuler des lois sur la chasse ainsi que sur l’exploitation de la nature afin de protéger le loup et d’augmenter la valeur de sa peau sur le marché mondial. Comme son nom l’indique, le but du projet est également le management, pour aider les gens à « gérer » la nature et l’environnement grâce au respect et au traitement approprié à la protection de la vie sauvage.

CONTES ET LEGENDES

En Mongolie, le loup est, avec le cheval, un animal important dans les croyances ancestrales.

Selon les croyances, Börte Chino, ou Loup bleu, est le loup céleste, agent du ciel et époux de la Biche Fauve Qo’ai Maral représentant la Terre. Ils auraient vécu sur la montagne sacrée des mongols, le Burquan Qaldun, dans le massif montagneux du Khentei, situé au nord d’Oulan-Bator et au sud du lac Baïkal. Le Loup Bleu symbolisait également la foudre.

Selon une légende mongol, tirée de la chronique mongole de Siki-Quduqu au XIIIéme siècle, Gengis Khan, le grand conquérant mongol, avait pour père le Loup Bleu Börte Chino. Après sa mort, il serait d’ailleurs allé le rejoindre.

C’est pourquoi, tous les peuples qui ont connu l’influence mongole ont gardé du loup le souvenir de l’ancêtre. Et quand la chasse les amène à abattre un loup, le chasseur lui fera hommage en détruisant l’arme qui a porté le coup fatal car celle-ci est devenue maléfique.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Tadjikistan, Pamirs Mts, Kazakhstan, Tien Shan Mts, Mongolia, Northern and western China, Tibet (including Shensi) and Xinjiang (Eastern Turkestan)
CLASSIFICATION : Gray, 1863

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :