Archive | Sous-espèces Amérique (Etats Unis – Canada) RSS feed for this section

ESPECE ETEINTE Canis lupus floradinus (loup roux de Floride)

27 Jan

(PAS DE PHOTO DISPONIBLE)

On a identifié le loup roux de Floride comme étant une sous-espèce de Canis rufus, d’autres  pensent qu’il pouvait être un descendant direct de canis edwardii le premier chien Nord-américain clairement identifié comme un loup et enfin les zoologistes Le Meunier et Gerrit Smith ont également identifié  le loup roux de Floride comme étant une sous espèce loup roux rufus floridanus en 1912. Leur mode de vie étaient plutôt en groupes familiaux plutôt qu’en meutes.

HABITAT

Le loup roux de Floride vivait en Floride dans le Maine, l’Ohio et en Alabama.

CARACTERISTIQUES

Le Loup roux de Floride pesait entre 20 et 40 kilo, il mesurait de 66 et 80 cm de hauteur.

STATUT

Le canis lupus floridanus a été déclaré éteint en 1921.

∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Florida from Putnam County (U.S.A.)

CLASSIFICATION : Miller, 1912

SOUS-ESPECE ETEINTE 1921

ESPECE ETEINTE Canis lupus gregoryil (loup des marais ou loup rouge du Texas)

27 Jan

Photo Joel Sartore/joelsartore.com – All Rights Reserved
Canis lupus gregoryi, aussi connu comme le loup des marais, de la vallée du Mississippi. Le loup des marais a été identifié comme une sous espèce de loup roux en 1937 par Edward A. Goldman. On pense que cette espèce a fait le lien entre le loup roux de Floride et le loup roux.
HABITAT

On le trouvait dans l’Indiana du Sud-Ouest, au sud du Missouri, dans l’Oklahoma oriental, dans le sud du Mississippi du sud, le centre de la Louisiane et le sud-est du Texas.

CARACTÉRISTIQUES

Le pelage de la tête du loup était noire et grise, le haut de la tête était roux. Les parties supérieures du dos du cou à la queue étaient rougeâtres mélangé à du noir . Ses pattes  orange rougeâtre, plus clair au niveau des extrémités, il avait une ligne noire externe sur le haut des pattes. Ses oreilles étaient brun rougeâtre mélangé avec du noir. Sa gorge , gueule et haut du cou étaient blanc. Il était grand et mince et son poids allait de 27 à 30 kilo.   

STATUT

Canis Rufus gregoryi a été déclaré éteint avant 1970. Mais on peut le trouver en captivité en Dakota du Sud.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : N U.S.A., Lower Mississippi valley, north at least to Warsaw and Wabash, northern Indiana, probably western Kentucky and western Tennessee, west throughout Ozark Mountain region in southern Missouri, and Arkansas (except northwestern part) to southeastern Oklahoma, and from lowlands of Louisiana west to eastern Texas, east to southeastern Mississippi,

CLASSIFICATION : Goldman, 1937

SOUS-ESPECE ETEINTE 1970

 

CANIS LUPUS RUFUS (Loup Roux ou Rouge)

27 Jan

Le loup roux ou rouge (Canis lupus rufus)  est actuellement considéré comme une sous-espèce de loup gris (Canis lupus). Ce canidé a été pendant longtemps classé comme une espèce à part entière. La controverse n’est d’ailleurs pas finie. D’autant plus que certaines études génétiques pourraient démontrer que le loup roux est un hybride entre le coyote et le loup gris.

Quoi qu’il en soit, le loup rouge est endémique aux Etats-Unis et plus particulièrement dans le Sud-Est. Il y a été réintroduit récemment après son éradication totale en 1975. Il est donc actuellement présent en Caroline du Nord et dans les zones montagneuses du Tennessee. Son biotope actuel n’est donc pas celui qu’il avait avant d’être persécuté par l’homme.

 

Bien plus léger que le loup gris, Canis lupus rufus possède des pattes beaucoup plus fines. Il ressemble d’ailleurs beaucoup au coyote.

Sa fourrure est moins dense et ses oreilles plus étroites. Ce loup pèse entre 20 et 40 kg mais la moyenne se situe à environ 24 kg.

Les mâles sont un peu plus grands que les femelles.

La robe mélange diverses teintes: cannelle,  fauve, gris et du noir tandis que le dos est généralement noirâtre.

En hiver, la couleur fauve est dominante. Comme pour les autres loups, il y a une mue annuelle en été.

Il lui arrive de se dresser sur ses pattes arrières pour observer les alentours ce qui est inhabituel chez un loup.

REPRODUCTION

Le couple dominant est le seul à pouvoir se reproduire au sein de la harde. Les autres membres participent activement à l’éducation des jeunes.

La période de reproduction s’étend de janvier à mars. Après une période de gestation de 60 à 63 jours, la femelle met au monde 3 à 6 chiots.

Des portées de 12 chiots ont déjà été observées.

Les jeunes restent sous la protection de la meute pendant un an. Les louveteaux atteignent alors leur maturité sexuelle et partent fonder leur propre meute ou se faire adopter par un autre clan.

Bien évidemment, le fait que la population soit disséminée et très réduite, pose un problème quant aux habitudes reproductives normales.

Pour éviter la consanguinité, les louveteaux partent et se reproduisent dans d’autres meutes. Dans le cas du loup rouge, les échanges sont très limités.

En liberté, la longévité est en moyenne de 4 ans. En captivité, le loup roux peut atteindre 14 ans et même plus.

MODE DE VIE

Le loup rouge est  principalement nocturne. Chaque meute possède son domaine et se montre très territoriale.

Le clan est en principe constitué d’un couple dominant, le mâle et la femelle « alpha » et de leur progéniture.

Avant d’être éradiquée, cette sous-espèce vivait en meute beaucoup plus importante. Un terrier est creusé pour élever les chiots.

Les vocalisations du loup roux sont à mi-chemin entre ceux du coyote et ceux du loup gris. Le langage du corps est très important et comme chez tous les loups est codifié. Le faciès peut exprimer la satisfaction, l’agressivité ou la soumission.

La position de la queue est également importante ; quand elle est dressée, c’est un signe de confiance, s’il l’a dresse très haut et gonfle les poils, c’est un signe d’agressivité.

Le langage des odeurs reste le plus important car l’odorat est le sens le plus développé des loups. Les marquages olfactifs pratiqués sur le territoire  protègent en principe le clan de toute intrusion.

Les clans vivent en harmonie mais, comme chez tous les canidés, des conflits territoriaux peuvent se produire.

Chaque clan chasse sur son territoire en se déplaçant par secteur. Pendant environ une semaine, un secteur est passé au peigne fin avant d’entamer un nouveau secteur. Le loup roux chasse principalement  les rongeurs et les petits mammifères.

Une meute importante peut chasser des cerfs ou des porcs sauvages. Ils sont charognards à l’occasion car comme tous les canidés, le loup rouge est un opportuniste.

Le loup roux est lui-même la proie des autres sous-espèces de loups et des coyotes. Les louveteaux peuvent être la proie des grands rapaces ou des alligators.

CONSERVATION

Le loup rouge est un bon régulateur des populations de rongeurs. Sa mauvaise réputation auprès des éleveurs a été très exagérée car le bétail domestique n’a jamais été sa proie principale.

Cela n’a pas empêché le loup roux d’être exterminé. En 1967, 14 individus ont été placés dans un parc.

Ce sont eux qui sont à l’origine de la population actuelle qui a été réintroduite.

On comptabilise plus de 200 individus qui sont réimplantés dans quelques zones.

Source « Dinosoria »

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Southeastern U.S.A. and South-central U.S.A., from Florida to C Texas and north to S Indiana and Missouri

CLASSIFICATION : Audubon and Bachman, 1851

ESPECE ETEINTE Canis lupus youngi (loup des rocheuses méridionales)

27 Jan

 

Aucune photo disponible

Le loup des rocheuses méridionales a été classifié comme une sous-espèce de loup gris en 1937 par le biologiste senior Edward A. Goldman. On lui a donné le nom latin de Canis lupus youngi en hommage à Stanley P. Jeune qui a travaillé pour le Gouvernement américain dans la surveillance de l’extermination du loup.

HABITAT

On les trouvait  dans la région des montagnes rocheuses de l’Utah du Nord et le Wyoming du Sud, le sud de l’Utah et dans le colorado occidental en Arizona du Nord et également dans le nord du  Nouveau Mexique. Ils se sont ensuite dipersés vers  l’ouest du Nevada  et dans  le sud  des montagnes en Californie du Sud.

CARACTÉRISTIQUES

Au fil du temps ils sont passés de taille moyenne à taille plus grande semblable au loup des montagnes des rocheuses du Nord. Ils mesuraient de 1.20 à 1.50 m de long, d’un poids d’environ 40 kg (mais certains pesant 56 kg ont été trouvés). Ils avaient le poil de couleur bison plus clair similaire au loup de Grandes Plaines.

STATUT

Le loup des rocheuses méridionales s’est officiellement éteint en 1935 à la suite de chasses excessives, les pièges et l’empoisonnement.

∞∞∞∞∞∞∞∞

 

HABITAT : U.S.A. from Rocky Mountain region from northern Utah and southern Wyoming south through Utah and western Colorado, to northern Arizona and northern New Mexico, west irregularly to central Nevada,and southeastern California, (Providence Mountains)

CLASSIFICATION : Goldman, 1937

SOUS-ESPECE ETEINTE 1935-1940

ESPECE ETEINTE Canis lupus monstrabilis (loup gris du Texas)

27 Jan

Le loup de gris du Texas a été classifié comme la sous-espèce Canis lupus monstrabilis en 1937 par le biologiste Edward A. Goldman. Il s’est éteint 5 ans plus tard en 1942.

HABITAT

Il vivait dans le centre du Texas et le Sud-est du Nouveau Mexique à la frontière mexicaine et en Louisiane.

CARACTÉRISTIQUES

Il était de taille moyenne, mais plus grand que le loup mexicain.. Son pelage était plutôt sombre mais on a recensé quelques spécimens blancs. 

ALIMENTATION

Son alimentation était composé en grande partie de bisons, mais à l’extermination des troupeaux de bisons le loup a été dans l’obligation de se nourrir de bétail domestique et cela l’a conduit à son extinction.

STATUT

Malgré que beaucoup pensent que le loup gris du Texas est une sous-espèce distincte, d’autres versions de taxonomistes le considèrent comme une sous-espèce Canis lupus baileyi ou Canis lupus nubilus. Le loup gris du Texas s’est éteint en 1942

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Southern and most of western Texas, southeastern New Mexico (U.S.A.) and south into northeastern Mexico, (Tamaulipas, Matamoros)

CLASSIFICATION : Goldman, 1937

SOUS-ESPECE ETEINTE 1942

ESPECE ETEINTE Canis lupus mogollonensis (loup des montagnes Mogollon)

27 Jan

 M

Le loup des montagnes Mongollon a été classé comme une sous-espèce de loup gris Canis lupus mongolonensis par le biologiste Edward A. Goldman en 1937. Son nom lui a été donné par les  indiens des montagnes Mogollon en Arizona et au Nouveau Mexique.

HABITAT

Il vivait dans la région des montagnes Mogollon dans le centre de l’Arizona ainsi que dans le sud-est et les montagnes Sacramento (au centre) du Nouveau Mexique.

CARACTÉRISTIQUES

Le loup des montagnes  Mogollon était petit et de taille moyenne, légèrement plus petit que le loup gris du Texas mais plus grand que le loup gris mexicain.

STATUT

Le loup des montagne Mogollon a été exterminé avant 1935.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : U.S.A., from Central Arizona, east through Mogollon Mountains and westcentral New Mexico

CLASSIFICATION : Goldman, 1937

SOUS-ESPECE ETEINTE 1920

 

ESPECE ETEINTE Canis lupus beothucus (loup de Terre Neuve)

26 Jan

 

La sous-espèce Canis lupus beothucus a été classifié en  1937 par les zooligistes G. M. Allen et Thomas Barbour après son extinction. Son nom scientifique Canis lupus beothucus vient  de Beothuck, les habitants de Terre-Neuve. Son extinction a été officiellement déclarée en 1829. 

HABITAT

Le loup de Terre-Neuve vivait dans l’île de Terre-Neuve sur la côte est du Canada. Une preuve  récente a suggéré que les premiers loups à peupler l’île étaient présents  avant la dernière période glaciaire, y échappant en se réfugiant au sud de la couche glaciaire. 

CARACTÉRISTIQUES

Le loup de Terre-Neuve était de taille moyenne mesurant 1.65 m de haut son poids était de 45 kilo. On suppose qu’il était blanc avec une rayure noire au bas de son épine.

ALIMENTATION

Son alimentation était constituée de caribous mais également de castors ou rongeurs comme le rodentia.

EXTINCTION

Le loup de Terre Neuve a été exterminé par la chasse, les pièges et la pénurie alimentaire des caribous au début des années 1900 (passant de 120 000 individus à 5000). Le dernier loup sauvage de l’île de Terre Neuve a été tué avant 1911. Cependant, il a été officiellement déclaré éteint en 1930.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Canada Newfoundland Terre Neuve

CLASSIFICATION : G, M, Allen and Barbour, 1937

SOUS-ESPECE ETEINTE 1911

ESPECE ETEINTE Canis lupus fuscus (loup d’Oregon)

26 Jan

 

 

Connu  comme le loup brun,  Canis lupus fuscus a été reconnu comme une sous-espèce de loup gris par John Richardson, M.D. en 1839.

HABITAT

Il vivait le long des cascades, du Canada du Sud-Ouest en bas et en Californie du Nord.

CARACTÉRISTIQUES

Le loup des montagnes des cascades était semblable au loup des montagnes des rocheuses du nord et du loup des montagnes des rocheuses du Sud. Il était de taille moyenne, atteignant en moyenne 90 cm de hauteur, 1.20 à 1.50 m de longueur et 36 à 40 kg en poids. « fuscus » du nom latin se réfère à son manteau grisâtre-brun qui avait de temps en temps un peu de rouge ou de noir.

STATUT

Espèce éteinte depuis 1940, par la faute du gouvernement et la chasse des colons.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : U.S.A., from forested region from Cascades Range in Oregon and Mountains of Washington, west in places to Pacific coast, south to along Sierra Nevada. in northeastern California, and probably northwestern Nevada, north on mainland coast of southwestern British Columbia at least as far as Kimsquit at head of Dean Channel

CLASSIFICATION : Richardson, 1839

SOUS-ESPECE ETEINTE 1940

CANIS LUPUS MANNINGI (loup de la Terre de Baffin)

26 Jan

Image

Ce n’est qu’en  1943 que le loup de la Terre de Baffin a été reconnu comme une sous-espèce distincte par le zoologiste Rudolph Martin Anderson. Son nom scientifique Canis lupus manningi vient du zoologiste Thomas Henry Manning, qui a passé un an et demi à effectuer  la cartographie de l’île.

HABITAT

Le loup de la Terre de Baffin se trouve exclusivement sur la Terre de Baffin et sur les quelques petites îles adjacentes.

CARACTÉRISTIQUES

Le loup de la Terre de Baffin est le plus petit de tous les loups arctiques. Il a un manteau blanc épais qui le fait apparaître plus grand qu’il ne l’est en réalité.

ALIMENTATION

Le loup de la Terre de Baffin est omnivore et il se nourrit de tout . Cependant, leurs sources majeures de nourriture sont les lemmings, le caribou et le lièvre arctique. Ils chassent souvent seul ou en couple.

STATUT

Le loup de la terre de Baffin est inscrite comme espèce en danger.

HABITAT : Canada, Northwest Territories and Nunavut, all parts of Baffin Island, from Hudson Strait to Pond Inlet, probably also on Bylot Island

CLASSIFICATION : Anderson, 1943

CANIS LUPUS LIGONI (loup de l’archipel Alexandre)

26 Jan

AR

Le loup de l’archipel Alexandre a été classé comme une sous-espèce du loup gris en 1937 par Edward A. Goldman. Des études récentes suggèrent que cette sous-espèce puisse être un croisement du loup des Grandes Plaines Canis lupus nubilus.

HABITAT

Le loup de l’archipel Alexandre vit dans le sud-est côtier de l’Alaska. Une grande partie d’entre eux résident dans la Forêt nationale Tongass de l’Alaska. On les trouve également dans la Baie d’Yakutat et dans toutes les îles majeures de l’archipel Alexandre sauf l’Amirauté, Baranof et Chichagof.

Ces îles sont densément boisés et ont une abondance de faune et flore. Les loups vont librement entre les îles. Il est donc difficile de garder la trace des meutes. Cette sous-espèce de loup est isolée des autres catégories de loups par les montagnes et les barrières d’eau.

CARACTÉRISTIQUES

Ces “loups des îles » sont de petite taille avec les poils ras qui sont habituellement noirs ou éventuellement d’une autre couleur mais plutôt sombre. Ils atteignent en moyenne environ 1.20 m de longueur,70 cm de hauteur et pèse de 14 à 26 kg.

REPRODUCTION

Dans le sud-est de l’Alaska, les louveteaux naissent habituellement pendant les 2 dernières semaines d’avril. Les repaires sont construits 4 à 5 semaines avant la naissance, entre les racines d’arbres, dans de petites cavernes ou des crevasses dans des roches, des loges de castors abandonnées, ou des terriers de mammifères.

STATUT

Les loups dans l’Alaska ont été tués (par empoisonnement) depuis les années 1940. Au milieu des années 1950 le gouvernement avait énormément réduit le nombre de loups au  sud central et l’intérieur de l’Alaska. L’empoisonnement a été interdit 1959, mais les chasseurs ont continué à le tuer durant les années 1960.

Une loi en 1972 a interdit le tir des loups mais malgré tout la chasse a continué par des chasseurs privés non autorisés durant les années 1980 et au début des années 1990.

La population actuelle des loups de l’archipel Alexandre est estimée entre 750 et 1100.

HABITAT : Alaska, Head of Duncan Canal, Kupreanof Island Alexander Archipelago, adjacent mainland of southeastern Alaska, northward along coast of Yakutat Bay (U.S.A.)

CLASSIFICATION : Goldman, 1937

%d blogueurs aiment cette page :