CANIS LUPUS INDICA (loup indien)

11 Août

INDE

Longtemps on a considéré que le loup indien était une sous-espèce de loup gris reconnu comme Canis lupus pallipes. Cependant les recherches génétiques récentes suggèrent que le loup indien n’a pas été croisé avec une autre sous-espèce depuis plus de de 400 000 ans ce qui ferait de lui une espèce séparée le Canis indica. Le Canis lupus pallipes serait alors un loup de la péninsule arabe, d’Afghanistan et du Pakistan mais pas d’Inde. 

HABITAT

Le loup indien est adapté aux brousses, aux prairies et aux environnements pastoraux semi-arides. On le trouve principalement dans les états indiens du Gujarat, du Rajasthan, Haryana, Uttar Pradesh, Madhya Pradesh, Maharashtra, Karnataka et Andhra Pradesh. Ses territoires s’étendent de 100 à 150 miles carrés. Beaucoup de territoire du loup indien chevauchent celui du loup Himalayen ou de mongolie (canis lupus chanco) et c’est donc un mystère que ces deux races ne se croisent jamais.

CARACTÉRISTIQUES

Le loup indien est une des sous-espèces de loups gris des  plus petites. Leur taille varie  de 60 à 95 cm de haut, leur poids est de 18 à 27 kg. Son pelage est ras, dense, de couleur roux, fauve. Le loup indien (Canis indica) est relativement plus petit dans la taille et génétiquement distinct du loup iranien (Canis lupus pallipes).

ALIMENTATION

Du fait de sa petite taille, le loup indien se nourrit principalement de petits ongulés comme des lapins, des lièvres et des rongeurs qu’il chasse. Mais la destruction de la faune et la flore par l’homme oblige le loup pour survivre à s’attaquer au bétail. Ils sont alors tués par les hommes.

REPRODUCTION

La saison de la reproduction du Loup indien est octobre après la saison des pluies. Le mâle alpha et la louve dominante de la meute se reproduisent. Il nait de 3 à 5 louveteaux en décembre ou janvier dans une grotte. La mère et le père s’occupent des louveteaux jusqu’à ce qu’ils atteignent six mois.

STATUT

Bien qu’il soit classé comme une espèce en voie de disparition en Inde depuis 1972 on chasse toujours le loup indien à cause du bétail et des attaques sur les enfants. La menace la plus grande à la survie du Loup indien est l’empoisonnement et la perte de son habitat en raison de l’agriculture intensive, le développement industriel. Une étude en 2004 a évalué qu’il restait entre 2000 et 3000 loups indiens sur leur territoire.

 

 

∞∞∞∞∞∞∞∞

STATUT TAXINOMIQUE DISCUTE

HABITAT : états indiens du Gujarat, du Rajasthan, Haryana, Uttar Pradesh, Madhya Pradesh, Maharashtra, Karnataka et Andhra Pradesh.
CLASSIFICATION : non reconnu actuellement

CANIS LUPUS SIGNATUS (loup ibérique)

11 Août

ESPAGNE

La sous-espèce Canis lupus signatus a été identifiée comme une sous espèce de loup gris  par l’espagnol zoologiste Angélus Cabrera en 1907. Beaucoup de scientifiques ne reconnaissent pas cette sous-espèce.

HABITAT

Le loup ibérien peuple les forêts et les plaines de la partie du Nord-Ouest de l’Espagne, le sommet du Nord-Est du Portugal et quelques zones isolées dans Morena Sierra en Espagne. Plus de 50 pour cent des loups ibériens résident au nord de Castilla.

 CARACTÉRISTIQUES

Les loups ibériens sont de taille moyenne. Les mâles peuvent peser 40 kg et les femelles de 75 à 80 pour cent de la taille des mâles. Leur pelage est de couleur  gris clair  qui vire à l’ocre dans les mois les plus chauds et au brun rougeâtre pendant l’hiver. Le nom signatus provient de marques blanches sur le museau et des marques sombres aux pieds des pattes de devant.

 ALIMENTATION

Le régime du loup ibérien varie énormément selon le lieu de vie. Les loups de Cantabria peuvent se nourrir de cerfs, de chevreuils et de sangliers tandis que les loups de la Galicie s’alimenteront partiellement sur des restes de fermes de porcs et de poulets. En général leur source principale de nutrition provient du bétail, des charognes. Mais à la suite de la maladie de la vache folle, il était interdit de laisser les charognes de bétail dans les champs et les loups ont du attaquer des moutons et des vaches pour se nourrir.

 REPRODUCTION

Les femelles sont susceptibles de reproduction à partir de 1 an mais plus certainement à compter de 5 ans. La saison de la reproduction est à la fin d’hiver. Les naissances pour chaque louve sont de 5 à 6 louveteaux. La meute participe à l’élevage de ceux ci. Ils doivent être protégés des aigles pendant les premières semaines. 

STATUT

Le loup ibérien peuple en grande majorité  la Péninsule Ibérique. Mais dans les années 1950 et les années 1960, les loups de l’Espagne sont devenus officiellement des parasites par le gouvernement. Le nombre des loups a diminué, il n’en reste que 400 à 500 et ils sont classés comme mis en danger.

La chasse de loups a depuis été interdite au Portugal et dans beaucoup de régions espagnoles. Leur nombre a été évalué à environ 2 000 en Espagne et 400 au Portugal. Il sont maintenant classés comme population vulnérable. Seuls, les loups de Morena Sierra reste en danger d’extinction.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Portugal, Spain
CLASSIFICATION : Cabrera, 1907

CANIS LUPUS ITALICUS (loup italien)

11 Août

ITALIE

Le Loup italien, aussi connu comme le Loup d’Apennine, a été classé en 1921 comme une sous-espèce du loup gris commun par le zoologiste italien Joseph Altobello. Mais, en 1999 il a été reconnu comme une espèce distincte de Canis lupus. Il y a actuellement une discussion pour savoir si Canis lupus italicus est une sous-espèce de loup gris ou une réelle espèce. 

 HABITAT

Les loups italiens se trouvent principalement dans les Montagnes Apennine en Italie. Ils ont été aperçus à 25 miles de Rome. Récemment, ils se sont implantés dans le sud de la France et en Suisse.

 CARACTÉRISTIQUES

Le loup italien est de taille moyenne. Leur taille varie de 90 cm à 1.40 m de long et ils pèsent de 24 à 30 kg. Les femelles sont plus petites de 10 pour cent. Le pelage des loups italiens est un mélange de gris et de brun. Il a été aperçu de très rares loups noirs dans la région Mugello et la Toscane.

 ALIMENTATION

Les loups italiens chassent la nuit, Ils s’alimentent principalement de petits animaux ou de plus grosses proies  comme le sanglier, le chevreuil, le cerf, le chamois, l’élan, des lièvres et des lapins. Ils se nourrissent aussi de baies et d’herbes pour les fibres. Près des villages ils se nourrissent de charognes de bétail.

A cause de la chasse et de ses gibiers, les meutes de loups en Italie sont souvent petites voire juste des couples se reproduisent.

 REPRODUCTION

La saison des amours arrive vers mi mars. La gestation dure 60 jours, après la louve donne naissance de 2 à 7 louveteaux.

 STATUT

A la fin des années 1920, les loups présents dans les Alpes et la Sicile ont été anéantis. Leur nombre a été aussi sévèrement réduit dans les régions Appennine, suite aux chasses intempestives. La population des loups en Italie a continué à diminuer jusqu’au début des années 1970 où Luigi Boitani et Eric Zimen suite à une  étude du loup dans les Montagnes Abruzzo ont pu les classer en espèces en voie de disparition. La population des loup italiens a depuis augmentée, leur nombre est estimé entre 500 et 600 individus et augmente de 7 pour cent tous les ans.

Leur menace actuelle est du à des hybrides chiens-loups et des chiens errant.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Italy, Abbruzes
CLASSIFICATION : Altobello, 1921

10 Août

 

automne

CANIS LUPUS CUBANENSIS (loup du Caucase)

10 Août
CAUCASE
HABITAT

Le loup du Caucase vit entre la Mer Caspienne et la Mer Noire. 

CARACTERISTIQUES

Le loup du Caucase est de taille moyenne comparable avec le loup des Steppes. Son poids varie de 35 à 40 kg. Son pelage est ras de couleur gris mélangé avec de l’ocre. 

REPRODUCTION

Malgré leur nombre infimes, les loups du Caucase refusent les croisements avec d’autres sous espèces.

STATUT

A l a suite de très nombreuses chasses, le loup du Caucasel a été déclaré espèce en voie de disparition en 1988,  ils étaient en meutes très réduites sur les bord de la Mer Caspienne. Actuellement les loups du Caucase sont en plus grand nombre.

La plupart de ces loups ont une vie humanisée, beaucoup d’entre  eux vivent le long des littoraux près des villages et villes, ils suivent les populations de migrants vivant de la pêche. Les populations sauvages de loups du Caucase sont rares mais il persiste quelques meutes préférant vivre de la chasse comme leurs ancêtres.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : N Southern European Russia, from Kuban region, Krasnodar krai, Caucasia and Ciscaucasia, Caucasus Mtn and adjacent Turkey and Iran
CLASSIFICATION : Ognev, 1923

CANIS LUPUS ARABS (loup d’Arabie)

10 Août
ARABIE
HABITAT

Le loup d’Arabie occupe l’ensemble de la péninsule Arabique et l’on a récemment aperçu des loups dans des zones protégées proches de la frontière jordano-irakienne. Certains spécialistes estiment que les loups du sud d’Israel appartiennent à la sous-espèce Canis lupus arabs.

Le premier inventaire des loups d’Arabie a été effectué par des spécialistes à la fin de l’année 1991. De nos jours encore, les bergers pendent des carcasses de loup aux arbres ou aux poteaux pour se venger de ce prédateur qu’ils accusent de décimer leurs troupeaux. Les premiers résultats indiquent que la population serait stable et largement répartie, les effectifs se situant entre six cents et sept cents animaux.

L’avenir du loup d’Arabie n’est pas assuré. Sa présence est très mal acceptée par les paysans et par les bergers qui le tirent à vue ou l’empoisonnent à la première occasion. Les chiffres des déprédations sont rares et aucune réglementation ne prévoit de compensations. La Commission nationale pour la préservation de la faune et de la flore sauvages et pour le développement de l’Arabie saoudite essaie actuellement d’inscrire le loup sur la liste des espèces menacées, ce qui entraînerait la mise sur pied d’un plan de gestion afin d’assurer son maintien

CARACTERISTIQUES

Le loup d’Arabie est la plus petite et peut-être la plus mal connue des sous-espèces. Il pèse environ 18 kg et mesure 66 cm au garrot pour 1m15 à 1m30 de long.

Son pelage clair facilite le camouflage dans le désert. Sa fourrure, très mince, est adaptée aux dunes de sable d’Arabie, l’une des régions les plus chaudes de la planète. Ses oreilles sont assez grandes par rapport à celles des loups plus nordiques, ce qui améliore l’ouïe, mais permet aussi d’évacuer la chaleur et donc de rafraîchir l’animal.

REPRODUCTION

La saison des amours a lieu en janvier et février, les naissances survenant deux mois plus tard, par portées de cinq ou six louveteaux. Ces loups du désert ne semblent pas manifester l’esprit d’équipe de la meute et on les voit souvent chasser en solitaire ou en couple.

ALIMENTATION

Dans le désert, les animaux domestiques ou sauvages sont obligés de vivre près des rares points d’eau, ce qui donne au loup l’occasion de chasser aussi bien le bétail que les lièvres, les rongeurs ou les ongulés sauvages. Le loup d’Arabie fourrage également dans les décharges d’ordures ménagères et se nourrit des cadavres d’animaux tués sur les routes, ainsi que de carcasses de bétail.

Au plus chaud du jour, le loup creuse pour s’enterrer dans le sable, plus frais. Il est de moeurs essentiellement nocturnes, sauf pendant les mois d’hiver, où il fait moins chaud et où on le voit souvent dans la journée.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Saudi Arabia
CLASSIFICATION : Pocock, 1934

CANIS LUPUS PALLIPES (loup des Indes ou loup iranien)

10 Août

INDE

Le loup des indes est une sous-espèce de loup gris vivant principalement en Inde, Turquie, Arabie Saoudite, Iran ainsi que de le sud d’Israël , il a été classé en 1831 par William henry Sikes.

De nos jours, certains experts pensent que le loup des indes serait en fait une espèce à part entière appelé Canis indica. Bien que les populations soient stables, voire en augmentation dans certains pays, il est en danger dans d’autres secteur de son habitat. C’est un animal à la fois respecté et protégé dans certains pays et considéré comme une menace et un nuisible dans d’autres.

DESCRIPTION

Le loup des indes est l’une des plus petites sous-espèces de loup gris : il pèse entre 18 et 25 kg et mesure de 46 à 76 cm au garrot. Il ressemble beaucoup au loup rouge d’Amérique du Nord, autant par la taille que par la forme du crâne.

Les loups sont plus petits dans le sud, et leur taille augmente progressivement vers le nord, où ils ont également tendance à porter une fourrure plus sombre.

Il a été rapporté que ce canidé hurle rarement, ce qui est peut-être une adaptation comportementale, l’homme ayant ainsi plus de mal à les repérer, ou peut-être les loups sont-ils si peu nombreux que les territoires sont mal définis.

HABITAT

Le loup des indes vit dans certaines régions de l’Inde, de Turquie, d’Iran et d’Israël. Comme c’est le cas pour la plupart des loups, son aire de répartition consiste en de petites poches de terres aux abords des zones civilisées.

Il vit dans des zones herbeuses arides ou semi-arides et pénètre rarement en forêt. Au nord, dans une région de steppe, le loup des indes est plus grand et vit en meutes plus nombreuses sur des territoires plus vastes que ses congénères des régions méridionales arides.

ALIMENTATION

Les loups de l’Inde chassent principalement en meute surtout quand ils s’attaquent aux ongulés. Sinon ils savent se contenter de proies plus petites telles que les rongeurs, lapins ou lièvres qui traversent leur territoire.

REPRODUCTION

La saison des amours débute généralement vers le mois d’octobre après la saison des pluies. Les naissances se passent entre le mois de décembre et janvier.

Les portées comptent environs 6 louveteaux. Toute la meute participe à l’éducation des petits afin qu’ils apprennent rapidement à survivre dans ce milieu parfois rude. Pendant le temps où les jeunes sont encore trop petits pour suivre la meute, ils sont déplacés 5 à 6 fois vers d’autres zones de repos. Ceci afin d’assurer leur sécurité.

COMPORTEMENT

Une étude faite dans le parc national de Velavadar en Indes occidentale, a mis en avant que les loups qui chassent les proies sauvages telles que les antilopes cervicapres, forment des meutes de 6 à 14 individus, tandis que ceux qui tuent le bétail forment des meutes moins nombreuses allant de 1 à 4 individus.

ADAPTATION

Le loup des indes est un exemple concret sur l’adaptation des espèces dans un milieu de plus en plus hostile. En effet avec l’avancée démographique toujours croissante dans son milieu naturel, il s’est adapté au climat chaud et aux territoires arides que l’homme délaisse.

Malgré cela il lui faut bien se nourrir et quand les proies se font rares, il a la fâcheuse habitude de revenir vers les zones habitées et de s’attaquer au bétail.

PROTECTION

En Inde, le loup figure sur la liste des animaux en danger. Mais malgré son inscription sur la Liste rouge de l’IUCN, il est très peu protégé et il est difficile de poursuivre ceux qui ont tué un loup.

Dans ces pays pauvres et mal informés, la superstition amène les habitants à croire que ce canidé est responsable des disparitions d’enfants. Le fait qu’il s’attaque en plus au bétail ne facilite pas non plus le processus de préservation de l’espèce.

Le loup doit sûrement sa survie au fait que la religion y tolère toute forme de vie et que les armes à feu sont très rares dans ces régions pauvres.

Israël semble être le dernier havre de paix pour cette espèce. En effet, il s’agit là du seul pays où il bénéficie d’une protection juridique. Bien que l’ennemi du loup dans ce pays ne soit pas l’homme mais les chiens errants.

Pour de plus amples renseignements sur le sujet, je vous conseille de visiter ces deux sites cités ci-dessous :

Wildlife Institute of India.

Fish and Wildlife Service.

CONSERVATION

Dans une région autrefois recouverte par la mer, les prairies sauvages et l’érosion des vallées fluviales du Gujurat, une étendue aride en bordure ouest de la mer d’Arabie, d’anciens récifs de corail, maintenant soulevés et érodés au cours des millénaires, fournissent un habitat pour une grande variété d’espèces fauniques. Ces espèces comprennent une étonnante palette de prédateurs tels que des rapaces, des loups, des hyènes, des renards et des chacals. Pourtant, peu à peu, les vallées fluviales et les prairies disparaissent et la biodiversité de ces régions subit les conséquences de l’expansion des populations humaines.

Il est extrêmement difficile de conserver une espèce en voie de disparition comme le loup, alors que la majorité de la population humaine est opposée à sa survie. Le manque de considération appropriée aux besoins de la population locale dans les programmes de conservation ainsi que l’absence d’implication positive dans de tels programmes a causé de graves problèmes dans le monde entier pour bon nombre d’espèces animales.

Le Fish and Wildlife Service suit ce problème ainsi que bien d’autres à travers son Programme spécial en devises étrangères, qui a financé une étude novatrice sur le loup dans le parc national de Velavadar dans le Gujurat. Maintenant ce service, en collaboration avec le Wildlife Institute of India, contribue à financer une étude de 5 ans sur ce canidé dans les principales régions de l’Inde. Cette étude a conduit à l’étude des hyènes, chacals et renards qui partagent le même habitat.

Ensemble, les assistants de recherche, les résidents locaux et les volontaires d’Earthwatch ont fourni une étude assez complète sur les prédateurs de ces régions. La clé de leur survie commune repose sur la mobilisation de l’opinion public pour essayer de comprendre l’importance et le rôle que peuvent jouer les prédateurs sur l’écosystème. Elle passe également par la protection des habitats, la réalisation de corridors permettant aux loups, aux hyènes ainsi qu’aux autres espèces de voyager pour aller et venir à leur guise d’un territoire à l’autre pour y trouver refuge et aider au repeuplement des animaux pour remplacer ceux qui ont été tués.

RECENSEMENT

Selon les dernières estimations, il resterait un peu moins de 1 500 loups de l’Inde. Ceux-ci sont répartis dans des zones désertiques ainsi que dans des parcs naturels désignés comme zones sacrées. Le parc national de Velavadar semble être le seul endroit en Inde où les populations de loups semble augmenter.

On compte également 150 à 250 loups au nord de l’Israël.

NOUVELLE INTRIGANTE

Selon les dernières nouvelles, il pourrait exister en Inde une espèce à part entière de loup. Cette proposition, mise en avant tout d’abord par un naturaliste britannique du nom de Brian Houghton Hodgson, puis un autre naturaliste du nom de William thomas Blanford remis cette théorie à l’ordre du jour en 1888.

Aujourd’hui, la recherche indienne ADN du loup indien, remet en avant ces propositions et tente de prouver au moyen de test ADN que le loup de l’Inde serait une espèce à part entière. Un nom lui aurait d’ailleurs déjà été donné : Canis Indica.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Middle east and south Asia, Bangladesh, throught peninsular India, from fhe plains of Northern India, from West Bengal south to Karnataka (Dharwar), also Pakistan (Sindh, Punjab Prov), Afghanistan, Iran, Iraq, and thence westwards to Iraq and Northern Saudi Arabia, Israel, Jordan, may be Turkey
CLASSIFICATION : Sykes, 1831

CANIS LUPUS ALBUS (loup de Sibérie)

10 Août

SIBERIE

Le Loup de Sibérie est une de la plus grande sous-espèce du loup gris. Il a été classé comme une sous-espèce par Robert Kerr en 1792.

Il est originaire de la toundra de Sibérie ainsi que des zones forestières de Russie. On le retrouve également à l’extrême nord de la Scandinavie. La sous-espèce occidentale équivalente est le Loup arctique (Canis lupus arctos).

Le pelage du loup de Sibérie est très varié, contrairement au loup arctique, sa fourrure n’est pas entièrement blanche. La plupart des loups de Sibérie a une fourrure d’une teinte claire et grise (parfois teintée de brun ou de beige). Son poil est long, dense, doux et duveteux. La taille du loup de Sibérie au garrot est de 60 cm à 90 cm. Son corps a une longueur de 100 cm à 140 cm et sa queue mesure entre 30 cm et 50 cm. Les adultes pèsent entre 35 kg et 45 kg.

Le loup de Sibérie s’établit généralement dans des vallées fluviales et des fourrés dans des plateaux secs. Il a tendance à former des meutes de 5 à 7 membres. Ses proies principales sont le renne sauvage et domestique ainsi que le mouflon des neiges. Il chasse aussi des lièvres et des renards polaires. Il s’établit rarement de manière permanente, parcourant 200 km à 300 km par an pour accompagner les migrations de rennes.

Dans l’ancienne Union soviétique, une corrélation existe entre les fluctuations des populations de loups et les périodes de chaos social.

Les populations sont actuellement en progression, car elles bénéficient des bouleversements socio-économiques. La pénurie d’essence, par exemple, empêche de chasser les loups par hélicoptère, et la production de poison a été interrompue.

Cette situation est favorable aux loups, surtout à ces loups du Nord très vulnérables à la chasse aérienne sur le paysage de la toundra. La chasse par hélicoptère avait poussé certains loups vers le refuge de la tanga, en zone boisée, où ils se sont croisés avec la sous-espèce méridionale, Canis lupus lupus.

La population de loups de la toundra eurasienne est considérée comme tout à fait viable, bien que le loup n’habite plus qu’un territoire représentant entre 50 et 70 % de son ancienne aire de répartition. Dans une grande partie de cette région, les loups sont considérés comme nuisibles et fort peu d’efforts sont faits pour changer les comportements. 1’exploration pétrolière progresse sans aucun ménagement pour l’environnement, ce qui pourrait avoir des effets désastreux sur la faune et la flore sauvages, y compris sur le loup de la toundra eurasienne.

HABITAT

Le loup de la toundra eurasienne vit sur les franges de terre, le long de l’océan Arctique, au-delà de 650 de latitude. Ces loups ont été éliminés de certaines îles de l’Arctique, comme l’île Wrangell, au nord de la Sibérie. Mais comme les proies sont rares sous ce climat septentrional, les loups maraudent par petits groupes en parcourant de très longues distances en terrain découvert sur la majeure partie de l’Arctique eurasien.

Les chercheurs disent qu’il y a de un à dix loups pour 1 600 km2.

ALIMENTATION

On pense que la Russie accueille les deux tiers de la population de rennes du monde, domestiques ou sauvages. Le renne représente l’essentiel de la nourriture du loup, avec le phoque de la Caspienne et le lièvre de l’Arctique.

CARACTERISTIQUES

Contrairement au loup de l’Arctique, ces loups ne sont pas tout blancs ou crème. La majorité porte une fourrure plus traditionnelle : gris mélangé à certains tons bleu argenté.

Le loup de la toundra est grand : les adultes pésent de 34 à 65 kg et mesurent de 71 à 97 cm au garrot.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Asian Russia, tundra and forest-tundra area, Siberia Arctic Circle, Canada, Mackenzie
CLASSIFICATION : Kerr, 1792/Sabine, 1823

Canis lupus desertorum (loup du désert d’Asie ou loup du Turkestan)

10 Août

DESERT

 

Je n’ai trouvé que très peu d’informations concernant cette sous espèce de CANIS LUPUS.

Classé Canis lupus desertorum par Bogdanov en 1882

HABITAT

Desert du  Kazakhstan, Ouzbekistan, Turquie.

Proche de Canis lupus campestris

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Kyzylkum Desert between Kazakhstan and Uzbekistan, (Western Turkestan)

CLASSIFICATION : Bogdanov, 1882

Canis lupus communis (loup de Russie)

10 Août
RUSSE
HABITAT

Le loup de Russie vie dans le Nord de la Russie sur des territoires à faible population humaine.

CARACTERISTIQUES

Le loup de Russie est comparable au loup de la Toundra en taille. Son poids varie de 30 à 80 kg, les mâles étant beaucoup plus lourds et plus grands que les femelles. Son pelage peut varier du gris, au blanc, au noir avec des nuances de gris clair, son poil est épais pour son adaptation au climat du nord.

Le loup de Russie est considéré comme plus agressif que ses homologues nord-américains ou des sous espèces eurasiennes. Il vit en meutes.

∞∞∞∞∞∞∞∞

HABITAT : Central European Russia, Asian Russia,
CLASSIFICATION : Dwigubski, 1804

%d blogueurs aiment cette page :